nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Fusillade à Maniwaki: les agents de sécurité auraient dû intervenir

Fusillade à Maniwaki: les agents de sécurité auraient dû intervenir
Image tirée de la vidéo filmée par un témoin.

L'altercation entre le constable spécial et Steven Bertrand, au palais de justice de Maniwaki, le 31 janvier.

Les agents de sécurité au palais de justice de Maniwaki ont mal agit lors de l'altercation entre un prévenu et un constable spécial, le 31 janvier.

Le 31 janvier, Steven Bertrand, 18 ans, a été atteint d'une balle à la tête lors d'une altercation avec un constable spécial au palais de justice de Maniwaki. Sur une vidéo filmée par un témoin et publiée sur les réseaux sociaux, on voit trois agents de sécurité de la société Garda et un autre de la firme Sécurité Outaouais. Ce dernier était embauché par le ministère de la Sécurité publique. Il était responsable du personnel de sécurité dans les palais de justice de la province. Quant aux employés de Garda, ils se trouvaient sur les lieux à la demande d'un autre organisme public de la région.

Selon ce qu'a appris La Presse, ces hommes étaient tenus - selon leur mandat - de s'interposer physiquement pour prêter main forte au constable spécial qui en avait plein les bras avec le prévenu. Pourtant, ils sont restés plantés debout à observer la scène. 

Au moins trois des quatre agents de sécurité présents lors de l'altercation n'ont pas rempli leur mandat qui stipule que ceux-ci doivent assurer l'encadrement physique des prévenus à tous les niveaux. 

Vers la fin de l'altercation, le jeune homme a soutiré le bâton téléscopique du constable, qui a ensuite fait feu pour se protéger pendant que les agents de Garda assistaient à la triste scène, sans s'interposer.

Les gardiens de sécurité concernés auraient pour leur part eu une rencontre avec leurs employeurs au début de la semaine.

Le ministère de la Sécurité publique souligne qu'aucune directive interdit aux agents d'intervenir lors d'une altercation.

Une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes est toujours en cours. 

Doc Mailloux et Josey

En direct de 09:30 à 11:00

3651
100

Doc Mailloux et Josey

avec Josey Arsenault

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.